Descriptif des œuvres jouées

Concert d'hiver -  février 2009
Les compositeurs et les œuvres

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791)
C'est à Salzbourg, en janvier 1776, que Mozart écrit cette courte et surprenante composition. La Sérénade nocturne en ré majeur K 239 est écrite pour deux petits orchestres, dont le premier joue le rôle que jouait le concertino dans l'ancien concerto grosso. Le second orchestre se borne à doubler certaines parties du discours virtuose des solistes. Le premier mouvement est une marche présentant un thème dynamique et une ritournelle. Le menuet est presque entièrement réservé au premier orchestre et le rondo est une contredanse interrompue par un court adagio.

Piotr Ilyitch TCHAÏKOVSKI (1840-1893)
L'élégie
, interprétée ce soir, fait partie de la Sérénade pour cordes en ut majeur opus 48 qui est une oeuvre écrite dans la tradition des sérénades et divertissements du XVIII ème siècle viennois et des sinfonias italiennes. Plus qu'une oeuvre de musique de chambre, il s'agit d'une composition symphonique pour orchestre à cordes qui requiert un effectif important. L'élégie est une pièce méditative et lyrique qui fait naître des tensions dramatiques s'apaisant vers la fin de l'oeuvre.

Richard STRAUSS (1864 - 1949)
Capriccio est le dernier opéra écrit par Richard Strauss en 1941. Dans un château près de Paris, on s'apprête à célébrer l'anniversaire de la comtesse Madeleine. A cette occasion, deux personnages, Flamand, un musicien et Olivier, un poète, tous deux amoureux de la comtesse, vont présenter leurs compositions. Le sextuor qui est joué ce soir a été écrit par Flamand pour déclarer sa flamme à la comtesse et sert d'introduction à l'opéra. Ce sextuor a pu être assimilé à une étude préliminaire aux Métamorphoses, dont certains accents résonnent déjà dans cette pièce.

Johann Sebastian BACH (1685 - 1750)
La composition du concerto pour violon en la mineur BWV 1041 date de la période de Köthen, entre 1717 et 1721. J.-S. Bach venait de quitter Weimar pour le poste plus prestigieux et mieux payé que lui proposait le prince Léopold, amateur éclairé de musique. Il devait produire des oeuvres de circonstances - cantates pour des mariages, des anniversaires ou pour des fêtes religieuses - mais passait l'essentiel de son temps à la direction musicale de la Cour où il disposait d'un orchestre constitué de très bons musiciens. De cette période, datent les sonates et partitas, des suites d'orchestre, quelques uns des concertos Brandebourgeois, les concertos pour violon en la mineur, en mi majeur et le double concerto en ré mineur. Ces concertos sont nés de l'intérêt que Bach portait aux concertos italiens et plus particulièrement à ceux de Vivaldi.
Dans le mouvement lent, l'accompagnement de la cantilène ne consiste qu'en un simple soutien harmonique. En revanche, dans les deux autres mouvements, la part prise par l'orchestre au dialogue musical est beaucoup plus active qu'elle ne l'avait jamais été chez les prédécesseurs.