descriptif des œuvres joués

Concert d'été - juillet 2015
Les compositeurs et les œuvres

Ludwig van BEETHOVEN (1770 - 1827)
Après un premier et bref séjour à Vienne, au cours duquel il travailla avec Mozart sans succès, Beethoven s'y installe définitivement en 1792. Il y rencontrera Albrechtsberger, Salieri et surtout Haydn dont l'influence se sentira dans ses premières symphonies. Par la suite, Beethoven mettra en place une structure basée sur les différents timbres, donnant une teinte spécifique à chaque symphonie. La mise en mouvement des masses sonores et les contrastes sont responsables des effets psychologiques sur l'auditeur et dont Beethoven était tout à fait conscient.La symphonie n° 1 en ut majeur, opus 21 date de la fin de 1799 et fut créée à Vienne, au National Hoftheater, en avril 1800. L'accueil en fut mitigé, entre enthousiasme et indignation, la critique la jugeant bruyante « plutôt une musique militaire qu'une musique d'orchestre ... ». Pourtant, cette symphonie ne se distingue pas encore, à quelques détails près, de la production courante de l'époque et est largement inspirée par les œuvres de Haydn et Mozart.

Wolfgang Amadeus MOZART (1756 - 1791)
Né à Salzbourg, Mozart manifeste très rapidement des dons exceptionnels pour la musique et son père, Léopold l'emmènera en tournée avec sa soeur aînée Nanerl à travers l'Europe, dès l'âge de six ans. Toute sa vie sera faite de nombreux voyages jusqu'en 1781 où il devient musicien indépendant et s'installe à Vienne jusqu'à sa mort. Il laisse une œuvre immense - six cent vingt six œuvres répertoriées - portant les formes du concerto, de la symphonie et de la sonate à leurs perfections. La fin de sa vie sera misérable et c'est pourtant à cette période que seront écrits ses plus grands chefs d'oeuvre.Le concerto pour clarinette K622 date d'octobre 1791 et il ne reste à Mozart que quelques mois à vivre. La composition de ce concerto est contemporaine d'autres œuvres majeures : le quintette à cordes K614, le motet Ave Verum, La Clémence de Titus, La Flûte Enchantée, le Requiem.
Ce concerto fut écrit, comme le quintette pour clarinette K581 pour son ami et frère franc maçon, Anton Stadler. Mozart y développe toutes les possibilités de l'instrument : large tessiture, sonorités pleines et tendres, en faisant oublier l'extrême virtuosité de l'oeuvre.L'opéra « Così fan tutte » fait partie aussi des dernières œuvres de Mozart. Composé sur un livret de Da Ponte, l'opéra, en deux actes, est créé en janvier 1790 au Burgtheater de Vienne. L'ouverture comporte un andante d'une quinzaine de mesures, suivi d'un presto endiablé dans lequel le hautbois et la flûte dialoguent en solo sur un thème virtuose repris ensuite par l'orchestre.

LE SOLISTE
Aurélien Paulin
débute ses études musicales en 2004 au Conservatoire National de Région Strasbourg dans la classe de clarinette de Jean-Marc Foltz, pour aboutir sur une médaille de clarinette et de musique de chambre avec mention « Très Bien » en mai 2013. Suite à un stage à la Hochschule für Musik und Theater Hamburg (HfMTH), il est invité l'été 2011 à l'Académie de Musique Contemporaine Opus XXI à Avignon par une collaboration du Conservatoire National Supérieur de Musique Lyon et de la HfMTH. En parallèle à ses études musicales, Aurélien Paulin développe un intérêt accru pour les langues étrangères, obtient ainsi juin 2011 une licence en Langues Etrangères Appliquées (Allemand, Anglais, Russe) à l'Université de Strasbourg et part en tournée d'orchestre dans divers pays (Croatie, Italie, France, Etats-Unis...).
En septembre 2013, il intègre la classe de Wolfgang Meyer et d'Eduard Brunner à la Hochschule für Musik Karlsruhe, obtient mai 2014 une bourse de la Menuhin Foundation d'une durée de trois ans, participe à de nombreux concerts, sous la direction de Bruno Mantovani ou encore en tant que 1ère clarinette solo avec l'Orchestre National du Bade-Württemberg (Badisches Staatskapelle) sous la direction d'Ulrich Wagner. Il est également depuis janvier 2014 tuteur de la classe de Musique Comtemporaine à la HfM Karlsruhe, remporte en octobre la même année le 1er Prix d'interprétation du Wolfgang Rihm Wettbewerb et est engagé par le Philharmonisches Kammerorchester Berlin en tant que 1ère clarinette basse solo pour une tournée en Chine avec des concerts notamment au Gewandhaus Leipzig, à la Berliner Philharmonie ou encore au Shanghai Oriental Art Center. En parallèle à ses performances artistiques, Aurélien Paulin s'intéresse à la pédagogie en participant à de nombreuses masterclass, avec Sabine Meyer, Reinhard Wehle ou encore Sir Simon Rattle, et en enseignant dans diverses écoles de musiques en France et en Allemagne.